Un communiqué de MO B…, journaliste à Libération

Publié le par Balpe

Dans notre époque mercantile, rien n’est donné gratuitement. Plus que toute autre chose, le jeu coûte cher. Certains des commentateurs de ce site se plaignent que Marc Hodges (ou Jean-Pierre Balpe) n’ait pas respecté les « règles » qu’il a lui-même établies. Or, chargé par Libération d’enquêter pour déterminer comment peut se terminer Lettre-Néant, je peux attester qu’ils se trompent : toutes les règles ont été respectées. Il suffit pour de lire le commentaire d’une certaine Gloria sur le feuillet intitulé « Ça commence à bien faire… » pour le vérifier. Quelques exemples :

 - J’ai pu constater que Lettre-Néant comprenait plus de 500 phrases empruntées aux pages de Libération
 - J’ai pu constater aussi qu’une partie non négligeable des textes des commentateurs figuraient, souvent reécrites ou par fragments, dans le blog Romans qui est un des autres espaces de la fiction
 - Les commentaires, en eux-mêmes sont publiés sur le blog Hyperfiction et constituent une part de la fiction

Il est vrai, comme le dit d’ailleurs un des commentateurs, que cette fiction-jeu est peut-être un peu « trop intello » car il faut accepter de se promener d’un blog à l’autre, éventuellement de s’y perdre, de faire, comme je l’ai fait pour cette enquête, des recherches sur un moteur de recherche — celui interne à Libération ou un autre — et découvrir ainsi des pages dont on ne soupçonnait pas l’existence.

Je sais maintenant que Lettre-Néant est une fiction dispersée, labyrinthique, que rien n’y est donné gratuitement et qu’elle ne facilite pas sa lecture. Même si sa publication linéaire dans les pages du quotidien peut le laisser croire, elle n’a pas grand chose à voir avec une histoire publiée sur un livre. C’est une fiction de fictions, chacune, reliée aux autres, apportant de nouveaux éclairages sur un ensemble d’histoires différentes mais, en certains points identiques.

J’y ai passé beaucoup de temps pour comprendre. Trop: il n'est peut-être pas utile que toute littérature soit immédiatement jetable… A chacun de juger pour lui-même.

 

Publié dans Lettre-Néant

Commenter cet article

Marc Hodges 26/08/2005 14:13

Comment envoyer une liste aux personnes qui donnent des adresses inexistantes.

François 25/08/2005 12:09

Serait-il possible d'avoir la liste complète et les références des emprunts faits pour cette hyperfiction aux pages de Libération ou aux commentateurs ?