Une lettre de Marc Hodges

Publié le par Balpe

Je reçois aujourd'hui une lettre de Marc Hodges et ne peux résister au plaisir de vous la livrer (du moins en partie car elle contient aussi des passages "privés" dont je ne veux pas vous faire part). La voici :

"Encore une fois, avant de commencer, je feuillette ce blog qui prétend représenter ma vie. Et de nouveau je suis obligé de sourire. car comment voudrais-tu connaître le véritable noyau de mon être toi qui a choisi un mauvais départ? Ton premier pas porte déjà à faux… Voilà qu'un ami de jeunesse qui dit me vouloir du bien et qui, aujourd'hui, se veut, comme moi, écrivain, imagine gratuitement que déjà au lycée, un amour passionné des belles-lettres me distinguait de tous les autres "potaches". Tu as une mauvais mémoire mon cher ami. Pour moi, les humanités représentaient une servitude mal supportée, en grinçant des dents et en écumant. Je haïssais depuis l'enfance toute littérature…"

J'en prends acte mais n'en maintiens pas moi tout ce que jusque là j'ai écrit sur Marc Hodges: je connais trop bien et de trop près sa vie pour être dupe de cette image de lui qu'aujourd'hui il voudrait donner. Il y a dans cette lettre quelque chose d'emprunté, de faux, un être que je ne connais pas… Mais il est vrai que Marc a passé sa vie à se dissimuler, à jouer des rôles, à se glisser quelques temps ans la peau d'individus étrangers pour l'abandonner dès qu'il en avait épuisé le charme. Le contraire des hétéronymes, Marc est un dissimulateur qui sait toujours bien cacher son jeu.

Publié dans Marc Hodges

Commenter cet article