Une invitation

Publié le par Balpe

Retour à Fontainebleau. Autre atmosphère. Après une semaine de silence, c'est Uwe qui m'a rappelé. Elle voulait me faire connaître ses amis: "Il y aura Kevin Mac Bain que je vous ai déjà présenté; il devrait vous intéresser, c'est le fils du romancier américain... Plus quelques autres assez sympa, parfois même très originaux, vous verrez. Et puis, j'aimerais assez les sortir du cocon de l'INSEAD..."

Nous ne dominons jamais les événements, ils sont plus forts que nous. J'ai accepté aussitôt pour le regretter ensuite. Il serait temps que je prenne un miroir pour me regarder dedans: devant ce qui est trop concret, mon cerveau devient mou et n'imprime plus rien; j'ai eu soudain à me demander comment j'agirais dans une situation inverse, si j'inviterais Uwe à une soirée avec des copains de mon âge? Fierté ou peur du ridicule? Pourquoi veut-elle m'exhiber ainsi. Pourquoi cette fille surgie d'un passé virtuel veut-elle m'entraîner dans sa vie? J'ai eu plusieurs fois la tentation d'annuler, sous un prétexte quelconque, mais le désir de la revoir a toujours triomphé. De la difficulté d'être torero et catalan... Après tout, je verrai bien, j'ai vécu des situations plus délicates et si elle s'intéresse à moi je n'ai pas à en être complexé.

Je n'avais pas les mêmes problèmes quand Nathalie me présentait à ses amis. Une différence de vingt-six ans ou le fait qu'elles soient mère et fille? Il ne faut pas se fixer de limites, avoir peur des mots simples: de l'envie pour moi et du bonheur pour l'autre. Quiconque porte offense à la liberté sacrée des autres mérite d'être blamé: plus encore s'il agit au nom de la liberté.


Publié dans Uwe

Commenter cet article