Portrait d'Uwe

Publié le par Balpe

Je vous avais promis une description d’Uwe. La voici. Je dois toutefois avouer que c’est un genre dans lequel je ne crois pas exceller et que j’ai toujours beaucoup de mal à décider si, pour une telle description, le regard suffit ou s’il faut aussi parler de la bouche, des jambes, des vêtements, de la couleur des joues, si je peux me permettre d’aller voir sous les vêtements, décrire les grains de beauté, la texture de la peau, la douceur du sexe, la courbure des hanches et des orteils… En fait je ne sais jamais si une description doit être un gros plan sur un détail qui aurait plus d’importance que les autres — mais à quelle fin — ou un inventaire exhaustif. Prenez donc cette description pour ce qu’elle est, un compromis entre l’idéal et le réalisable.

Uwe était un délicieux type d’est-allemande, elle avait une opulente chevelure d’un blond tirant vers le châtain clair, des sourcils légèrement plus sombres comme tracés au pinceau, de très longs cils également châtains, des yeux non pas noirs, mais plutôt brun jaunâtre ou fauve si l’on veut employer un adjectif aux connotations plus positives ; d’une couleur un peu plus foncée, mais aussi chaude que celle d’un vieux xérès où se joue un rayon de soleil. Ses grands yeux magnifiques pétillaient d’intelligence, de malice et d’ironie. Ses formes étaient remarquables : un corps resplendissant de santé, fort, musclé, sans une once de graisse superflue ; une peau fine, satinée, délicieusement rose rappelant par sa tonalité colorée certaines nudités de Boucher et incitant aux baisers.

Publié dans Uwe

Commenter cet article