Résolution

Publié le par Balpe

J’ai dû m’absenter quelques jours dans un pays où je n’avais pas accès à Internet et — comme le montrent les statistiques — mes lecteurs m’abandonnent. Me sera-t-il donné de pouvoir vous parler à nouveau ? Je l’ignore. Quoi qu’il en soit j’ai promis d’aller jusqu’au bout — même si je me rends compte du dérisoire de l’entreprise, même si les difficultés techniques s’accumulent, même si j’ignore encore ce que je désigne ainsi…— et je le ferai. Un peu de discipline.

Résumons l’action pour ceux qui prendraient ces écrits en cours de route : Marc Hodges est un écrivain qui a reçu une commande du journal Libération pour ses cahiers d’été. Il a, pour cela, écrit un récit intitulé Lettre-Néant. Rien de très original même si ce titre est des plus ridicules. Il l’a qualifié d’HyperFiction. Or, moi, Jean-Pierre Balpe, je suis connu — un peu — pour avoir plus ou moins inventé ce genre. Je me suis donc intéressé à cet écrit et j’ai, parallèlement, décidé d’écrire sur l’écrit de Marc Hodges en confrontant sa fiction à la réalité. Il se trouve que je connais MH — ceux d’entre vous qui voudront savoir comment n’auront qu’à parcourir ce blog. C’est un individu étrange au passé chargé. L’histoire commence lorsqu’une jeune allemande, Uwe, fille d’une de ses anciennes maîtresses, Nathalie, le retrouve. Ces retrouvailles font resurgir tout le passé. Une histoire banale bien que très complexe. On suit Marc. Au bout de quelques années, il vit avec Gilberte pour laquelle il écrit des poèmes érotiques et dont, profitant d’une période d’absence de Marc, je deviens à mon tour l’amant.

Nous en sommes là : je vais vous dire pourquoi il s’est absenté et ce qu’il a fait puis je reviendrai en arrière pour éclaircir divers point laissé dans l’ombre.

J’espère que vous ne vous y perdrez pas…

Publié dans Appartés

Commenter cet article