Le point sur la situation

Publié le par Balpe

Il me faut maintenant revenir en arrière : le temps de la fiction n’est pas le temps réel. A l’origine de ce récit, il y Uwe, la fille de Nathalie, une ancienne amie allemande de Marc. Il y a aussi sa fréquentation des milieux gauchistes et ses errements dans les mouvances plus ou moins activistes, puis ses déplacements à travers la France et même le monde au gré des missions qui lui ont été confiées.

Voici comment il rapporte sa première conversation sérieuse avec Uwe à une terrasse d’un café de Fontainebleau — Le café des Halles — un jour de marché :

Le soleil brûlait la terrasse, la chaleur était étouffante. Je ne pouvais laisser durer cette situation : « Comment se fait-il que vous me connaissiez ? » …, la fille de Nathalie, ne semblait pas du tout gênée par ma question. Elle s’y attendait. « Ma mère n’a jamais cessé de me parler de vous. »

Il y avait quelque chose d’incroyable dans cette réponse. « Ce n’est pas une réponse. », « C’est la réponse… ma mère a toujours cru en vous, en votre talent, elle n’a pas arrêté d’essayer de vous retrouver… » Je revoyais le visage de Nathalie, sa fille lui ressemblait étrangement, mélange de sensualité et de candeur, de sérieux germanique et d’innocence perverse, je voyais nos longs et lents baisers sur le « pont Hercule » près duquel j’habitais alors, je sentais encore sa langue s’enroulant à la mienne… « Internet m’a permis de vous retrouver, vous êtes connu, vous avez beaucoup publié, votre nom est cité sur nombre de sites, dans de nombreuses langues… » « J’ai fait quelques petites choses ! » « Ne jouez pas les modestes, vous savez bien que dans la création numérique, vous êtes connu » Je ne savais pas comment prendre cette remarque, je considérais mon travail comme marginal et sans importance : « Ça n’explique rien. » Ses yeux gris me clouèrent sur place : « Elle vous aimait, j’ai eu envie de vous connaître ». Que répondre à cela ! « Je suis en stage à l’INSEAD, alors… » Je me dis que j’aurais aimé qu’elle ne soit venu que pour moi. Son stage dévalorisait son acte. Je me taisais, tirais sur ma cigarette : « Comment vous appelez-vous ? »

Elle ne répondit pas : « Vous ne croyez pas que c’est con de fumer ? »

Publié dans Uwe

Commenter cet article