Marc et Gilberte

Publié le par Balpe

Dans les papiers de Marc, j’ai retrouvé un portrait d’Éric — du moins c’est ainsi que ce portrait est légendé — qui paraît avoir entre 10 et 13 ans, l’âge des émois pubères et des amitiés garçonnes exclusives. Ce portrait — que je publie avec les autres documents issus des albums de Marc Hodges — semble prouver que leur amitié a duré un certain temps même si je ne sais rien d’autre de cet Éric qui semble avoir disparu (quand ? Peut-être quelqu’un pourrait me renseigner à ce sujet…).

Si je vous raconte tout ça c’est pour que vous ne soyez pas dupes des aventures féminines de MH. Il semble bien qu’il ait aussi eu une certaine attirance pour les garçons, assumée dans son adolescence, refoulée (ou dissimulée) plus tard. Quoi qu’il en soit, ce trait me semble essentiel pour comprendre son caractère : sa recherche constante de la clandestinité, par exemple, ou son affrontement avec des aventures — peut-être pour se prouver à lui-même sa virilité. Je n’en sais rien. Je ne sais que ce que je sais et je ne dis rien d’autre. Il me semble essentiel aussi pour comprendre comment Gilberte a pu se détacher aussi facilement de lui alors que tous deux semblaient amoureux fous.

Gilberte était alors une très jeune femme qui ne connaissait pas grand chose ni à la vie ni à l’amour, ni à la passion. Peut-être était-ce à cause de sa gentillesse, de sa douceur quasi-féminine qu’elle s’était éprise de Marc. Qu'elle jouait le jeu du GrandAmour? Mais rien ne la préparait à affronter des épreuves plus difficiles. Je vous ai déjà dit qu’elle était riche, très riche : la vie avait toujours été pour elle une partie de plaisir. C’est d’ailleurs ainsi qu’elle concevait ses relations avec Marc, les difficultés ne faisaient pas partie de son programme.

Publié dans Gilberte

Commenter cet article