Arkadi Parine

Publié le par Balpe

Marc s’aperçut vite que l’activité de l’agence de Natacha à Paris était plus trouble que ce qu’il avait imaginé. Bien sûr il organisait des visites originales pour des touristes d’origine slave — circuits d’écrivains, de peintres… circuit de telle ou telle histoire romantique, reconstitution de la vie de personnages de romans — mais ce n’était là que la partie officielle du travail. Quelques touristes disparurent bizarrement au cours du séjour, d’autres ne s’intéressaient visiblement pas à ce que Marc leur faisait voir et parmi eux certains s’intéressaient davantage aux autres touristes qu’au prétexte de leurs visites…

Une fois, par exemple, Marc venait de fêter ses trente trois ans, il y eut parmi les gens qu’il devait piloter un homme jeune, un certain Arkadi Parine qui se présenta comme poète. Bon vivant, joyeux drille mais cependant extrêmement cultivé, il n’aimait rien temps que déclamer des poèmes qu’il improvisait, débiter des citations de poètes français et minauder devant les hommes jeunes.

Marc lui-même était assez séduisant. Parine s’intéressa davantage à lui qu’au circuit touristique : il le suivait partout, s’arrangeait pour être sans cesse à côté de lui, lui souriait à tout propos, le sollicitait sans cesse pour lui poser les questions les plus étranges comme, par exemple, passant rue du Mail, de savoir combien de fois Liszt était venu dans l’immeuble des pianos Érard ou lui citer un distique d'un nommé Lebrun :

Églé, belle et poète, a deux petits travers,
Elle fait son visage et ne fait pas ses vers.

à propos d’une certaine Fanny de Beauharnais qui aurait vécu là au milieu du règne de Louis XVI. Bref, il voulait le séduire. Marc, dont la vie sexuelle était assez riche comme les lecteurs ont pu s’en rendre compte, n’avait jamais eu d’aventures homosexuelles. Pourtant Parine s’arrangea pour qu’un soir, après une visite commentée du jardin des Tuileries où il avait fait preuve d’une connaissance littéraire des lieux bien meilleure que celle de Marc, ils aillent boire ensemble un verre au bar du Crillon.

Publié dans Arkadi

Commenter cet article