Où réapparaît Marc Pérignon

Publié le par Balpe

Tout cela a duré quelques temps. Quelques mois.

Mais Marc n’était pas homme à s’enfermer dans quelque routine que ce soit. Il eut bien sûr quelques aventures — les femmes russes étaient encore romantiques — mais Natacha n’imaginait pouvoir exercer à son égard aucun droit de propriété. Ces chemins buissonniers ne compliquait en rien leurs relations personnelles faites plus de confort et de routine que de passion et de désir. Il était là. Elle était là, le reste en découlait tout simplement.

Non, ce qui les a rattrapés, c’est l’histoire. On sait que, suite à la très brève période du gouvernement Tchernenko, Mikhail Gorbatchev avait en 1985 pris les rênes du gouvernement soviétique et lancé presque aussitôt la glasnost et la Perestroika. Boris Elstine, quant à lui, avait été élu à la tête du Parti Communiste de Moscou. Tous ces changements atteignaient en profondeur la société soviétique et notamment les milieux des écrivains comme celui plus large de la propagande. D’anciens amis de Natacha et de Markus s’exilaient, d’autres, immigrés depuis longtemps, se demandaient s’ils n’allaient pas rentrer. Les positions bougeaient dans tous les sens, l’entreprise de tourisme de Natacha connaissait une croissance importante. C’est ainsi qu’elle organisa quelques voyages en Europe. D’abord seule. Puis, comme l’activité augmentait, elle demanda à Marc s’il ne voulait pas se charger de cette région qu’il connaissait mieux qu’elle. Elle lui faisait toute confiance.

Fin 1986, Marc s’installa à nouveau à Paris et reprit son patronyme familial : Marc Pérignon.

Publié dans Marc Pérignon

Commenter cet article